A quoi correspondent les scénarios standards européens STS ?

Après vous avoir présenté le fonctionnement de la future loi européenne dans la catégorie ouverte, de nombreux professionnels souhaitaient connaître le fonctionnement de la catégorie spécifique. Nous allons vous résumer le règlement qui propose deux scénarios standards européens qui remplaceront les scénarios français S2 et S3.

Présentation des scénarios standards STS-01 et STS-02

Ces scénarios seront déclaratif, tout comme les scénarios français actuels. Point important, pour rentrer dans ces scénarios, il faudra utiliser des drones CE au titre du règlement 2019/945 avec une identification de classe.

  • Le scénario STS-01 : « couvre les exploitations en vue directe (VLOS) effectuées avec un UAS de classe C5 (marquage CE) à une hauteur maximale de 120 m au-dessus d’une zone contrôlée au sol dans un environnement habité. »
  • Le scénario STS-02 : « couvre les exploitations pouvant être effectuées hors vue (BVLOS), l’aéronef sans équipage à bord se trouvant à une distance maximale de 2 km du pilote à distance et des observateurs de l’espace aérien étant présents, à une hauteur maximale de 120 m au-dessus d’une zone contrôlée au sol dans un environnement à faible densité de population, avec un UAS de classe C6 (marquage CE). »

Ces nouveaux scénarios standards pourront être utilisés à partir du 2 décembre 2021 mais sachez que les scénarios français seront toujours valables jusqu’au 2 décembre 2023.

Tous les détails sont à retrouver ici.

A quoi correspondent les drones de classe C5 et C6 ?

Les drones de classe C5

Voici les exigences demandées pour les drones de classe C5 :

  • Ne pas être une voilure fixe, sauf dans le cas d’un aéronef captif
  • Fonction de géo-vigilance obligatoire similaire à celle exigée pour les drones de classe C3
  • En vol, le pilote doit connaître la hauteur du drone au dessus de la surface ou du point de décollage.
  • S’il n’est pas un aéronef captif, un mode basse vitesse (5m/s) doit être accessible par le pilote.
  • Etre équipé d’un système de coupure des moteurs à distance avec un parachute.
  • Fournir des données sur la qualité du signal, notamment lorsque celui-ci se dégrade ou est complètement interrompu.
  • Une notice sur la coupure moteur doit être disponible.
  • Un drone C3 équipé d’un kit d’accessoire (coupure moteur et parachute) avec les identification C5 peut être considéré comme un drone C5. Certaines conditions sont à respecter, à retrouver partie 16 point 8.

Les drones de classe C6

Voici les exigences demandées pour les drones de classe C6 :

  • Avoir une vitesse maximale de 50m/s soit 180km/h
  • Fonction de géo-vigilance obligatoire similaire à celle exigée pour les drones de classe C3.
  • En vol, le pilote doit connaître la hauteur du drone au dessus de la surface ou du point de décollage.
  • Etre capable de programmer des limites horizontales et verticales d’exploitations.
  • Etre équipé d’un système de coupure des moteurs à distance.
  • Etre capable de programmer la trajectoire de l’aéronef.
  • Fournir des données sur la qualité du signal, notamment lorsque celui-ci se dégrade ou est complètement interrompu.
  • Une notice sur la coupure moteur doit être disponible.

Tous les détails ici en partie 16.

Articles en relation avec la législation à propos des drones :

Avatar

Auteur: Thomas

Partager cet article sur :
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Commentaires intégrés
Voir tous les commentaires
trackback
1
0
N'hésitez pas à nous laisser un commentairex