Homologation DGAC des DJI Mavic 2 Pro et Zoom

La sortie d’un nouveau produit DJI est toujours un événement dans le microcosme du drone. L’annonce du DJI Mavic 2 Pro et Mavic 2 Zoom n’y fait pas défaut puisque nous avons aperçu un engouement et enthousiasme forts pour ces deux machines.

Le DJI Mavic 2 Zoom et Pro sont des machines ultra polyvalentes qui raviront les utilisateurs « loisir » mais aussi les professionnels de l’imagerie. Certes il existe des drones équipés de capteurs plus performants, toutefois la compacité, la facilité d’utilisation, l’autonomie et plein d’autres choses font que le Mavic 2 risque de devenir un must have pour les exploitants de drones en France.

DJI Mavic 2 Pro

De quoi parle-t-on ?

Sur cette article, nous parlons de l’utilisation professionnelle d’un DJI Mavic 2 en France. A savoir l’exploitation de ce drone dans le cadre des scénarios donnés par la DGAC.

Vous devez, avant toute chose, disposer de l’examen théorique drone (si vous êtes déjà possesseur du théorique ULM, vous avez jusqu’au 30 juin 2019 pour faire valoir une équivalence auprès de la DGAC), ainsi que d’une formation pratique dispensée par un centre agréé ou par l’exploitant. L’exploitant, lui même, doit être enregistré auprès de la DGAC (avec sa déclaration d’activité à jour) et avoir documenté son activité dans manuel d’activités particulières.

Toutes ces formalités sont faites ? Si oui, poursuivons alors sur l’utilisation du Mavic 2 dans un cadre professionnel en France.

L’utilisation de drone en France est régie selon plusieurs paramètres, prenant en compte le poids du drone, ses caractéristiques, la zone de vol. Chaque mission rentre dans un scénario édité par la DGAC, les voici résumés :

  • S1 : Vol à vue (moins de 200 mètres de distance et hauteur max 150 mètres) hors zone peuplée.
  • S2 : Vol hors vue (moins de 1000 mètres de distance, hauteur max 150 mètres si l’aéronef fait moins de 2 kg, sinon hauteur max 50 mètres), hors zone peuplée.
  • S3 : Vol à vue (moins de 100 mètres de distance et hauteur max 150 mètres) en zone peuplée.
  • S4 : Vol hors vue (hauteur max 150 mètres), hors zone peuplée, ne rentrant pas dans le cadre du scénario S2. Accessible uniquement à certaines machines et à certains pilotes.

Bonne nouvelle le Mavic 2 pèse moins de 2 kg, ce qui simplifie considérablement certaines démarches.

Homologation DJI Mavic

Le DJI Mavic 2 Pro et Mavic 2 Zoom en S1 et en S3

Les drones DJI sont réputés pour leur fiabilité et leur performance. Ils respectent aussi, pour leur très grande majorité, les normes dictées par la DGAC. En l’occurrence les DJI Mavic 2 Pro et Mavic 2 Zoom peuvent donc être utilisés, sans homologation supplémentaire, dans les scénarios S1 et S3 de la DGAC.

Il suffit simplement de modifier votre MAP (si vous êtes exploitant) et le Mavic 2 peut alors rentrer dans les différentes missions que vous avez prévues.

Seule une chose doit être faite en amont : Apposer une étiquette réglementaire d’identification sur le châssis du drone. Vous ne savez pas où vous en procurer ? Ca tombe bien, studioSPORT propose des étiquettes d’identification pour drone entièrement personnalisables et gravées au laser (comme ça l’impression tient un peu plus de 3 jours sur l’étiquette 😉 ).

Scénario S2 avec le Mavic 2

Pour le scénario S2, les choses se corsent un peu ! Autant pour les scénarios S1 et S3, le drone Mavic 2 répond aux exigences de la DGAC et seules quelques petites modifications des documents réglementaires sont à appliquer (Outre l’étiquetage du drone), la procédure est plutôt simple. Pour le scénario S2, le Mavic 2 dispose de quasiment tous les prérequis, sauf d’une commande de coupure moteur externe à la machine.

Sur ce point, nul doute qu’il faudra apporter une modification sur le hardware pour homologuer le Mavic 2 sur ce scénario précis. Les équipes studioSPORT et Abot travaillent actuellement sur ce point.

Nous avons déjà été confrontés à cette problématique pour l’homologation du Yuneec H520 pour le scénario S2 et avons réussi à le rendre conforme aux prérequis de la DGAC. Cela implique plusieurs changement techniques que nous devrons impacter sur le DJI Mavic 2 pour le rendre éligible à cette homologation.

« Mais pourquoi un Mavic 2  ? N’y-a-t’il pas mieux comme drone professionnel. »

Question que nous voyons souvent apparaître pour le DJI Mavic Pro, première édition. En effet, le capteur des Mavic Pro (première génération) est inférieur en terme de qualité à celui des Phantom 4 Professional et Advanced, et l’écart est encore plus important avec un DJI Inspire 2 (ou tout autre drone jouant dans cette catégorie).

Le Mavic 2, d’autant plus dans sa version Pro, réduit considérablement l’écart (voire même surpasse sur certains aspects) le capteur du DJI Phantom 4 Pro. Certes l’obturateur mécanique est absent du Mavic 2 Pro, mais le capteur Hasseblad 1  pouce offre des caractéristiques plus qu’alléchantes ! Le profil colorimétrique Dlog-M en 10 bit offre une plage dynamique plus grande tout en permettant d’enregistrer jusqu’à 1 milliards de variations de couleur (!!).

Le Mavic 2 Zoom dispose d’un capteur CMOS 1/2,3 pouce de 12 millions de pixels, proposant un bitrate de 100 Mb/s, très proche de celui du Mavic Air (qui est reconnu pour son excellente qualité, notamment en vidéo). Son « petit plus » c’est l’ajout du zoom optique en X2 (on arrive à un zoom X4 avec l’ajout du zoom numérique) qui est une caractéristique encore jamais vu pour un drone de cette taille.

Capteurs du DJI Mavic 2

« Hormis la caméra, qu’est ce qui fait que les Mavic 2 Pro et Mavic 2 Zoom sont des drones intéressants pour les professionnels ? »
Énormément de choses, l’aspect du prix global de la solution est un des premiers éléments. Le Mavic 2 dispose d’un très bon rapport qualité / prix, les accessoires supplémentaires (batteries, hélices, filtres) sont bon marché et l’entretien est très facile.

Mais ses qualités ne s’arrêtent pas là, le drone Mavic 2 est léger et compact et pliable, idéal pour des vols extérieurs comme intérieurs. Il est possible de l’emmener partout avec soi, dans un sac à dos ou une valisette. Si vous devez marcher une heure avant le point de décollage de votre mission, vous l’apprécierez grandement.

Cela ne s’arrête pas là ! L’autonomie du DJI Mavic 2 est très bonne (31 minutes), ses nombreux modes permettent de varier les prises de vue et les capteurs anti-collisions apportent une grande sérénité dans les vols.

Nous ne manquerons pas de vous donner d’autres informations sur l’homologation des DJI Mavic 2 pour le scénario S2 🙂

DJI Mavic Pro 2 DJI Mavic 2

Pro 2

A partir de 1249€

La gamme  Découvrir

 

Articles récents en rapport avec DJI : 

 

Guillaume

Auteur: Guillaume

Partager cet article sur :

28 commentaires

  1. Vous indiquez une ouverture fixe alors que les specs parlent d’une ouverture variable 2.8 a 11 ce qui sous entend un diaphragme mécanique non ?

    Répondre
    • je suis d’accord, ça m’étonne car j’ai justement vu la camera du mavic 2 pro en train de changer l’ouverture, les lames se resserrent bien.

      Répondre
      • C’est le diaphragme qui est mécanique et non l’obturateur. Dans le Mavic 2 l’obturateur est uniquement électronique.

        Répondre
        • Guillaume

          Greg a tout dit. Le diaphragme du Mavic 2 est bien mécanique mais pas son obturateur qui est électronique 😉

          Répondre
  2. Bonjour, par le passé je vous ai commandé un forfait d’homologation de Phantom 4 pro.
    Quand vous dites que pour le scenario S1 et S3 il suffit de modifier le MAP, Est-ce que cela veut dire qu’il n’y pas besoin de forfait d’homologation ? d’attestation de conception ou attestation de conformité ?
    Ou bien dites vous qu’il suffit d’acheter le forfait déjà existant pour le mavic pro ?

    Merci d’avance

    Répondre
    • Guillaume

      Bonjour Aladdin,
      Il n’y a rien à acheter pour le S1 et le S3 😉 Vous devez simplement identifier votre drone avec une étiquette.
      Le S2 demande, par contre, certaines modifications.

      Répondre
      • Merci pour la réponse. sachant que j’avais reçu le forfait S1 S2 S3 pour le P4pro je me demandais pourquoi maintenant je n’en ai plus besoin pour du S1 et S3.
        En ce qui me concerne je ne fais pas de vol hors vue.
        Je dois donc simplement modifier mon MAP, sûrement ma déclaration d’activité et prévenir ma responsabilité civile aéronautique du changement drone ?

        Merci d’avance

        Répondre
        • Guillaume

          Bonjour Aladdin,
          Les normes d’homologation pour le S1 & S3 ont été fortement assouplies pour les drones de moins de 2kg afin de désengorger le nombre de demandes d’homologation auprès de la DGAC.
          Aujourd’hui, seul le S2 et le S4 demandent une homologation de type pour les drones de ce poids (toutefois l’attestation incorpore les autres scénarios).
          Bien à vous,

          Répondre
  3. Bonjour guillaume,

    Je pense acheter le Mavic 2 pro à la place de mon mavic air.
    Je suis content de celui ci au poing de vue photo et vidéo, par contre je le trouve beaucoup trop bruyant et j’en ai un peu marre des pertes de vidéo à cause du système wifi.
    Je pense qu’avec le pro 2, je vais améliorer ces 2 points négatifs surtout la perte vidéo.
    La question que je voudrais poser est celle ci. Pour un particulier, faut il une homologation DGAS pour piloter le pro 2? Si non, que faut il pour un drone de plus de 800 grammes?
    Merci
    Jacques

    Répondre
    • Guillaume

      Bonjour Jacques,
      Pour un particulier, aucune obligation d’homologation, cela ne sert même à rien car elle est réservée aux professionnels (et uniquement à eux).
      Pour la législation, actuellement utiliser un Mavic 2 vous oblige juste à respecter la loi destinée au vol de drone loisir.
      D’ici la fin de l’année / début 2019, il y aura une obligation d’enregistrer le drone auprès de la DGAC (simple formulaire à remplir) et de suivre une micro formation en ligne (gratuite, et qui prend quelques dizaines de minutes, grand maximum).
      Très bonne journée,
      Guillaume

      Répondre
      • Bonjour Guillaume,
        Merci pour ta reponse claire.
        Je suis allé fureter sur le site d ela DGAC, et comme à son habitude, c’est le Labyrinthe pour essayer de trouver une chose en moins de 4 heures.
        As tu plus d’informartions sur cet enregistrment en ligne. J’en ai entendu parlé plusieurs fois, mais je suis incapable de trouver des infos.
        Merci par avance .
        Cordialement

        Répondre
        • Guillaume

          Bonjour Thierry,
          Actuellement l’enregistrement en ligne n’est pas activé 😉 Du coup ça le sera dans les prochaines semaines et nous vous communiquerons le lien pour pouvoir le faire.

          Répondre
  4. Bonjour,

    Je lis dans votre article : « Vous devez, avant toute chose, disposer de l’examen théorique drone (ou du théorique ULM jusqu’au 1er janvier 2019) ». Or je n’ai vu aucune infos assurant le fait qu’un opérateur peut encore déclarer son activité, après le 1er juillet, avec un théorique ULM jusqu’au 1er janvier 2019…

    J’aimerai connaitre votre source, car je n’ai vu cette infos que sur cet article…

    Merci d’avance 😉

    Répondre
    • Guillaume

      Hello Xavier,
      Merci pour votre commentaire. Merci aussi car vous avez soulevé un point qui m’a permis de voir que j’avais indiqué la mauvaise date (c’était 30 juin 2019 et non 1er janvier). Pour les possesseurs d’un théorique ULM, voici ce que dit la DGAC :

      « A partir du 1er juillet 2018, pour exercer une activité de télépilote dans le cadre de l’usage professionnel de drones, il convient d’être titulaire d’un certificat théorique de télépilote délivré après une réussite au nouvel examen théorique adapté aux activités de télépilote.

      Les modalités de passage de cet examen sont décrites sur la page Examens théoriques BB – ULM – IULM – TELEPILOTE – LAPL/PPL/A/H

      L’arrêté définit en outre la formation pratique qui devra être dispensée par les exploitants. A l’issue de celle-ci, les exploitants remettront aux télépilotes une attestation de suivi de formation pour les scénarios correspondants.

      Personnes exerçant déjà la fonction de télépilote au 30 juin 2018
      Les télépilotes qui, au 30 juin 2018, sont en capacité de répondre aux critères suivants :

      -être titulaire d’un certificat théorique ou d’une licence de pilote d’aéronef habité ou d’un brevet militaire d’aéronef habité ou d’une autorisation spécifique de télépilote,
      -et être (ou avoir été) en activité chez un exploitant déclaré,
      peuvent demander « une attestation d’aptitude aux fonctions de télépilote » qui leur permettra de continuer d’exercer selon les scénarios pour lesquels ils exerçaient déjà.
      Le dossier de demande d’attestation d’aptitude est à envoyer, à partir du 1er juillet 2018, à l’adresse suivante : dsac-telepilotes-attestation-aptitude-bf@aviation-civile.gouv.fr

      La constitution du dossier est détaillée dans les formulaires de l’onglet « démarches et formulaires » de cette page « Démarche relatives aux télépilotes».

      Les personnes exerçant déjà la fonction de télépilote au 30 juin 2018 peuvent continuer d’exercer leurs fonctions de télépilote jusqu’au 30 juin 2019 et devront être titulaires de l’attestation d’aptitude au plus tard à cette date.

      La DSAC met tout en œuvre pour délivrer les premières attestations d’aptitude à compter de septembre 2018. »
      Source : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/drones-usages-professionnels onglet : »Candidats à la fonction de télépilote »

      Si vous n’êtes plus en activité (mais avez exercé une activité avant le 01/07/18), voici le formulaire à remplir : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/Formulaire_obtention_attestation_Telepilote_sans_activite.pdf

      Si vous êtes actuellement en activité : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/Formulaire_obtention_attestation_Telepilote_en%20activite.pdf

      N’hésitez pas si besoin 🙂

      Répondre
      • Merci pour votre réponse rapide.

        Je suis bien au courant de ces infos, mais ce qui pouvait porter à confusion, c’est que quelqu’un qui n’est pas déclaré opérateur drone avant le 1er juillet, pouvais se déclarer d’ici fin décembre avec le théorique ULM, or ce n’est pas le cas car il doit passer une formation pratique obligatoire + le théorique drone.

        Je m’assurais juste de mettre les choses au clair 😉

        Cependant, merci pour votre blog et vos articles de grande qualité 😉

        à bientot

        Répondre
        • Guillaume

          Xavier,
          Merci pour votre retour, tout aussi rapide que le mien 🙂
          Je viens de relire entièrement la phrase en question et je ne peux qu’approuver : elle n’est pas claire (je viens de la corriger). Elle laisse penser que le théorique ULM peut aussi être passé jusqu’au 30 juin 2019. Or c’est faux puisque c’est la date limite pour demander l’équivalence pour obtenir la certification « télépilote de drone ».
          Normalement c’est donc éclairci sur l’article 🙂
          Merci pour votre compliment qui nous fait très plaisir, et ravi de pouvoir échanger avec vous sur ce sujet assez technique !
          Guillaume

          Répondre
  5. Bonjour,
    Je possède un DNC et l’examen théorique ULM.
    avez vous l’adresse de la personne a qui je dois m’adresser pour avoir l’équivalence en région parisienne.
    Pour information je ne suis pas encore professionnel
    Merci
    COrdialement

    Répondre
    • Bonjour Jean-Louis,

      Si vous n’étiez pas enregistré sur Mon Espace Drone et que vous n’aviez pas un n° d’exploitant drone (ED…) avant le 30 juin, vous devez passer les examens théorique et pratique.

      Bonne journée,

      Répondre
    • Guillaume

      Bonjour,
      Nous somme sur la finalisation du prototype et attendons des retours de la DGAC 🙂

      Répondre
  6. Bonjour
    Merci pour l’info.
    Un ordre de prix ? j’espère meilleur marché que celui du lien cité, la moitié de la valeur du drone…

    Répondre
    • Guillaume

      Nous étudions les possibilités de prix mais nous essaierons d’aller, évidemment, vers le plus compétitif 🙂

      Répondre
      • Bonjour Guillaume. Avez vous du nouveau concernant le retour de la DGAC au niveau de l’homologation du mavic pro 2 pour le S2 ?
        Merci de votre réponse

        Répondre
        • Guillaume

          Bonjour Tristan,
          Le dossier est déposé 🙂 Nous attendons les retours de la DGAC 😉

          Répondre
          • Bonjour guillaume.
            j’aimerais savoir si vous avez vous une estimation du délait que peux prendre l’homologation du mavic 2 pro étant donné que le dossier à été déposer.
            Vous avez peut être de nouvelle information ?
            cordialement

          • Théau

            Nous devrions être en mesure de commercialiser notre offre sous un mois 🙂

            Bien cordialement,

  7. Bonjour; J’ai acheté un Mavic pro 2, y aura-t-il possibilité de l’homologuer S2 par la suite ?
    Merci

    Répondre
    • Théau

      Bonjour Quentin,

      Oui tout à fait, on travail dessus !

      On pense pouvoir le proposer d’ici un moi.

      Bonne journée,
      Théau – studioSPORT

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This