Sélectionner une page

Notre test du drone BetaFPV Pavo360 et de la caméra SMO360

Notre test du drone BetaFPV Pavo360 et de la caméra SMO360

Bienvenue dans ce test du Pavo360 et de la caméra SMo360 ! J’adore la vidéo en 360 ! Ouais je sais, cet article commence mal, ça ne va pas être très objectif tout ça, mais je vais m’efforcer de l’être quand même ! Donc je disais, j’adore la vidéo 360. Je trouve que cela apporte tellement de possibilités intéressantes, de prises de vues différentes et de facilité.

J’ai donc testé le BetaFPV Pavo360 et la caméra SMO360 qui lui est dédiée. Nous avions d’ailleurs réalisé une vidéo sur le sujet lors de l’annonce de ces produits :

Comme pour la caméra SMO4K, la SMO360 est issue d’un partenariat entre Insta360 et BetaFPV. Ces derniers ont désossé une Insta360 One R Twin Edition pour en faire une caméra 360 légère et épurée. Pas de batterie, pas d’écran mais simplement 2 capteurs dans un boîtier = l’électronique minimum nécessaire.

Test de la caméra SMO360

Dans cet état, la SMO360 pèse 55 grammes, mesure 40mm d’épaisseur (ça a son importance pour le drone vous verrez) et peut être alimentée de 2 à 6S donc environ 6 à 27 volts directement par le drone.

Celle-ci a exactement les mêmes spécifications que l’Insta360 One R Twin Edition. À savoir :

  • Résolutions : 5,7K (5312×2988) à 24/25/30p, 4K (3840×2160) à 24/25/30/60p, 2,7K (2720×1530) à 24/25/30/60p et FullHD (1920×1080) à 24/25/30/60/120p
  • Encodage : H.264 / H.265
  • Débit d’enregistrement max : 100Mbps
  • Réglable en WiFi avec l’application Insta360

Le test du drone Pavo360

Le drone Pavo360 dispose d’un châssis en ABS renforcé par du carbone pour assurer la rigidité de l’ensemble. Il est entouré d’une petite bande de mousse rouge pour amortir les petits chocs mais aussi et surtout pour le look ! Il est équipé de 4 moteurs brushless 2204 2400Kv de BetaFPV chaussés d’hélices Gemfan D76 pentapales avec un montage en T (deux petites vis M2 pour tenir l’hélice) en position classique (puller et non pusher).

Tout ceci est animé par un contrôleur de vol F722 AIO 35A de la marque BetaFPV . La version testée est dotée d’un CaddX Vista Polar, donc en HD et en numérique et j’ai moi-même ajouté un Nano Rx Crossfire. Comme d’habitude pour mes tests, j’utilise ma radiocommande Radiomaster TX16S avec le Crossfire TX Full de TBS et mon casque DJI FPV V1 avec ses antennes TrueRC.

Test du PAVO360 et de la caméra SMO36.0 de BetaFPV

Le Pavo360 fonctionne en 6S mais avec une petite particularité. Sur un drone dédiée à la prise de vue 360°, rien ne doit dépasser en dessous ou au-dessus sous peine de pourrir vos plans. Bah oui, imaginez votre plus belle prise gâchée par un strap qui se balade ou une antenne qui dépasse (ça sent le vécu). La caméra faisant 40mm d’épaisseur, voilà toute la hauteur que BetaFPV avait à disposition pour caser les batteries, les moteurs et leurs hélices, toutes l’électronique et les antennes.

Les spécificités de ce drone

C’est ainsi que BetaFPV a eu la bonne idée de faire des compartiments batterie de part et d’autre du châssis, entre chaque duct. Pour équilibrer le poids, c’est donc deux batteries LiPo 3S entre 650mAh à 3S 850mAh que vous devrez utiliser sur le Pavo360. Un petit module d’alimentation à l’intérieur du drone se charge de mettre ces deux batteries en série pour finalement avoir une alimentation en 6S (22.2V). Un petit point sympa, tous les connecteurs USB, pour le Caddx Vista et le contrôleur de vol son facilement accessibles depuis la baie de la caméra 360. Pas besoin de démonter votre précieux pour faire les activations et réglages.

Un autre problème de taille se pose avec un drone 360. Si rien ne dépasse au-dessus ni au-dessous, impossible de mettre un train d’atterrissage et au moment de se poser c’est la lentille inférieure de la caméra qui va être la première en contact avec le sol, au risque de la rayer ou de la casser ! Donc au lieu de poser dans la main au risque d’y perdre un bout de doigt ou sur un coussin qu’il faut balader partout, BetaFPV a préféré une astuce toute simple, un servo moteur est fixé à l’intérieur du châssis et permet de faire sortir une petite béquille qui sera donc la première à toucher le sol, épargnant ainsi la lentille de la SMO360.

Oui mais, ça vole comment ?

Mes tests ont eu lieu en plein champ, à flanc de colline et avec beaucoup de vent. Les conditions parfaites pour faire n’importe quoi, mais il y avait du soleil. La machine souffre d’une bonne prise au vent comme la plupart des cinewhoops et ne fera pas de miracles dans ce cas. Ce type de machine sera toujours plus efficace en intérieur ou dans un environnement sans vent. La motorisation est très bien dimensionnée. Je l’ai trouvé souple et je me suis fais plusieurs fois surprendre par sa puissance à la remise des gaz. Au décollage, il faut bien penser à relever la béquille pour la faire disparaitre du champs de vision de la caméra 360. Malgré une antenne vidéo glissée à l’intérieur du châssis pour rester invisible, j’ai pu faire un bon 800m sans perdre en qualité vidéo. J’ai pu observer des vibrations pendant le vol, certainement dû au vent car une fois derrière un bâtiment celles-ci ont disparues.

Montage des vidéos 360

Je ne vais pas vous faire un tuto sur le logiciel Insta360 Studio maintenant mais cela pourrait être l’objet d’un futur article si cela vous intéresse. Vous pouvez retrouvez ci-dessous une vidéo de ce qu’il est possible de faire avec ce logiciel et le résultat que nous avons publié sur notre Instagram.

Insta360 Studio permet de stitcher les deux vidéos générées par la caméra mais bien plus encore. Puisque vous avez une boule à 360°, vous pouvez faire tous les cadrages qui vous plaisent. C’est pour ça que je vous dis que j’adore la 360 : plus besoin de cadrer parfaitement son sujet. Avec le logiciel vous pouvez réorienter l’image et créer plusieurs plans avec le même rush. Par exemple vous pouvez sortir le plan de devant la caméra, puis celui de derrière, de côté, etc …

Il faut savoir également que le travail de montage vidéo peut aussi se faire via votre smartphone et l’application mobile Insta360. Il suffit d’alimenter la caméra avec le drone pour récupérer les fichiers vidéos et faire le montage depuis l’application.

Visuel du BetaFPV Pavo360

Tracking de sujet et autres effets vidéo

Ce soft permet également de faire un DollyZoom en post prod et même du tracking de sujet. Visez le sujet que vous voulez conserver dans votre champ de vision et le logiciel s’occupera du cadrage. Plusieurs options permettent également de gérer le stitching (l’assemblage des images des deux capteurs) selon les accessoires que vous installez sur votre caméra. Sur mes essais, j’ai réglé le stitching en « Personnalisé = 0 », Assemblage dynamique et Calibration chromatique. Ce qui permet d’atténuer la différence de couleur entre les deux capteurs.

Test montage dans Insta360 STUDIO

Évidemment, ce n’est pas parfait. La gestion des lumières devient particulière entre le capteur au-dessus et celui du dessous. Le stitching sera toujours un peu visible dans certains plans. En effet, l’image n’a pas le piqué d’une GoPro et la stabilisation, bien que bluffante n’est pas parfaite. Mais pour toutes les raisons évoquées plus haut, je trouve que ce type de caméra, encore plus associé à un drone conçu pour elle, apporte énormément de fonctions et de liberté pour la création de nouveaux contenus.

Notre avis sur le Pavo360 et la SMO360

J’aime beaucoup le Pavo30, celui que j’utilise avec la SMO4K, ma GoPro 6 Naked ou encore une Caddx Peanut. Mais il serait peut-être intéressant de développer un support pour ces caméras dédié au Pavo360. Cela en ferait une machine à tout faire efficace et éviterait de multiplier les drones et les batteries.

Pour résumer, cet ensemble Pavo360 + SMO360 m’a conquis par sa polyvalence et sa facilité de mise en œuvre. BetaFPV a bien bossé son sujet avec un drone vraiment invisible et malin.


Voici les tarifs du drone et de la caméra :

Comme d’habitude, n’hésitez pas à poser vos questions en commentaires, nous nous ferons un plaisir d’y répondre.
0
Votre avis sur le Pavo360 et la SMO360 ?x

Pavo360 & SMO360

979,80 €
7.3

Pilotage du drone

7.0/10

Facilité de mise en oeuvre

5.0/10

Qualité vidéo de la caméra

7.0/10

Prise en main du logiciel

7.0/10

Conception du drone

9.0/10

Autonomie du drone

7.0/10

Fonctionnalités proposées en post-prod par la caméra

9.0/10

Inscrivez vous à notre newsletter

Email*
Recevoir les derniers articles du blog chaque mois *
Recevoir les newsletters studioSPORT (nouveautés, promos…) *

A propos de l'auteur

Teddy

Pilote FPV depuis les débuts de la discipline, passionné de robotique et de bricoles en tout genre, j'aime me lancer des défis techniques. Et pour me vider la tête, je pratique le bonsaï et la moto ! #DIY #faisletoimême

Articles en rapport :

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires intégrés
Voir tous les commentaires
0
N'hésitez pas à nous laisser un commentairex