6 erreurs à éviter pour bien débuter en photographie !

Depuis maintenant quelques mois, studioSPORT propose une gamme d’appareils photo hybrides. On retrouve un environnement complet qui vous permettra de vous équiper sereinement, que vous soyez un amateur passionné ou un professionnel averti.

Intéressé par la photographie depuis maintenant quelques années, j’ai profité du prêt d’un boitier Sony Alpha 7S pour débuter et comprendre le fonctionnement d’un appareil hybride aussi complet que complexe (à première vue). 

 

 

Dans cet article, je vais évoquer avec vous les 6 erreurs à éviter pour bien débuter en photographie. En s’appuyant sur mon expérience personnelle, je vais tenter de vous accompagner dans l’utilisation de votre appareil en vulgarisant certains usages et en vous expliquant de manière concise les pistes à suivre pour un rendu optimal.

Erreur n° 1 | Laisser son appareil décider à sa place en le laissant en mode automatique

Actuellement, les appareils capables de réaliser des photographies (APN, smartphones, caméras embarquées …) disposent de nombreux modes automatiques. On retrouve des modes pré-paramétrés (mode nuit, mode portrait …) qui d’une part facilitent l’utilisation mais qui d’autre part limitent la créativité. Il est donc fortement conseillé de reprendre la main sur les réglages de votre appareil afin d’étendre les possibilités.

Prenons par exemple la mise au point, il est d’usage lorsque l’on débute, de laisser son boitier faire un autofocus sur le sujet à photographier. Malheureusement, il est assez fréquent (même si aujourd’hui le focus automatique est de plus en plus précis) de capter des images floues avec un focus mal positionné. En réalisant une mise au point manuelle, votre sujet sera parfaitement net en toutes circonstances même en condition de basse luminosité, là où un autofocus ne pourrait pas se faire correctement.

Que ce soit pour jouer sur la profondeur de champ ou pour capter un mouvement, le paramétrage manuel est essentiel pour créer votre style et vous différencier en exprimant pleinement votre intention photographique.

 

Photographie réalisée en mode manuel avec un focus précis sur le DJI Mavic Mini

 

Erreur n° 2 | Omettre la vérification de ses réglages  

Après avoir vu avec vous les défauts du tout automatisé, nous allons maintenant nous intéresser aux réglages de votre appareil. En effet, il est très important de vérifier vos réglages avant de commencer une session photographique.

Lors de votre session précédente, vous avez pu toucher certains paramètres comme la sensibilité ISO qui désormais n’est plus adapté au sujet que vous souhaitez photographier et aux conditions de luminosité. Un photographe averti se rendra compte rapidement du mauvais réglage, en revanche, un utilisateur lambda qui débute en photographie ne s’en rendra pas compte sur le moment et se retrouvera avec des clichés surexposés irrécupérables, même en utilisant des logiciels de retouches. Omettre la vérification de vos réglages peut avoir des répercussions importantes. Il est donc très important de vérifier l’ouverture, la vitesse et le mode de focus éventuellement activé.

Pour réaliser des clichés toujours plus impressionnants, il est nécessaire de s’organiser suffisamment et d’effectuer un check-up de vos réglages afin d’affiner parfaitement ces derniers à la situation.

 

Mauvais réglage de l’ISO qui donne une image terne et difficilement exploitable sans retouches

 

Erreur n°3 | Regarder ses photos sur l’écran de l’appareil et réaliser sa sélection

Comme tous photographes amateurs, j’ai pris l’habitude en shootant, de regarder directement après la réalisation de mon cliché l’aperçu sur l’écran tactile. Pour le coup, il s’agit d’une erreur à ne surtout pas commettre ! Malgré l’évolution des écran tactiles, il n’est pas recommandé de réaliser sa sélection en se fiant à ceux-ci. Un aperçu sur un écran de 1.2 pouces n’est pas toujours représentatif de la qualité d’un cliché, il est parfois compliqué de se rendre compte d’une erreur de mise au point, d’un flou de bougé etc …

Pour se faire, je vous conseille de réaliser le tri de vos photos directement via votre ordinateur. Vous pourrez alors considérer et juger parfaitement la qualité de votre travail en analysant toute la subtilité de votre photo.

Note : Pour les photographes de mariage ou les photographes sportif qui shootent énormément, il est recommandé tout de même de réaliser une sélection via l’écran pour éviter de surcharger la mémoire et gagner du temps lors de la sélection finale.

 

 

Erreur n°4 | Réaliser des photographies uniquement au format JPEG

Vous venez de recevoir votre boitier hybride et vous shootez en JPEG depuis maintenant quelques jours ? Je vais vous expliquer pourquoi il est préférable de changer le format pour des images plus nettes et plus détaillées.

En photographiant au format JPEG, votre appareil photo effectue une compression et un ensemble de corrections automatiques (balance des blancs, netteté, contraste, saturation…). En effet, votre fichier photo est directement post-traité par le logiciel interne de votre boitier hybride. Une information importante à connaitre puisque l’image que vous obtiendrez n’est pas réellement celle capturée par votre appareil. En utilisant le format JPEG, vous gagnez du temps mais vous perdez en qualité finale.

Pour un résultat optimal, je vous recommande d’utiliser le format RAW (si votre appareil le permet). Il s’agit d’un format brut qui comme son nom l’indique n’est pas compressé. Votre image ressortira alors exactement comme le capteur l’a enregistré. Vous profiterez d’une qualité bluffante et vous pourrez l’optimiser en post-production sans subir les corrections appliquées automatiquement par votre appareil. Idéal pour paramétrer la balance des blancs en post-traitement, le format RAW est en revanche assez lourd en terme de stockage. Il est donc nécessaire d’utiliser des cartes mémoires performantes, d’une capacité minimum de 64 Go.

 

Comparatif entre le format JPEG compressé et automatiquement retouché et le format RAW

 

Note : Sur certains appareils, il est possible d’enregistrer en RAW+JPEG, ce qui vous permettra de profiter d’un format compressé, rapidement utilisable et d’un format brut parfait pour le post-traitement.

Erreur n°5 | Utiliser le flash de votre appareil photo

Pratique pour photographier un sujet en condition de basse luminosité, le flash de votre appareil photo est en revanche parfois trop agressif. La lumière émise peut rendre votre sujet trop clair ou accentuer les ombres pour un rendu non exploitable et peu esthétique.

Je vous conseille donc de limiter l’utilisation du flash en le substituant intelligemment. En effet, il est possible de jouer avec la sensibilité ISO si la lumière n’est pas trop faible ou d’utiliser la lumière extérieure en optant pour un réflecteur. Vous pouvez également choisir une minette en tant que source de lumière complémentaire ou acquérir un diffuseur qui viendra tamiser l’excès de lumière blanche de votre flash.

Astuce : Moins professionnel mais tout aussi efficace, vous pouvez réduire l’effet flash en utilisant un mouchoir ou une feuille en les positionnant juste devant.

 

Pour obtenir ce résultat, nous avons utilisé trois minettes sans avoir à déclencher le flash de l’appareil malgré la basse luminosité

 

Erreur n°6 | Penser que le type d’appareil utilisé est responsable à 100 % de la qualité de captation

Vous aussi vous vous persuadez que votre appareil n’est pas assez performant et que vos clichés manqués ne le seraient pas si vous possédiez un setup plus haut de gamme ? Faux !

Pour réussir une photographie, il n’est pas nécessaire d’être équipé du dernier modèle à la mode. En prenant compte des erreurs à ne pas commettre et en prenant le temps d’agir manuellement sur vos réglages, vos photos seront de plus en plus pertinentes et de meilleure qualité.

Par ailleurs, l’essence même d’une photo réussie n’est autre que la composition. Au delà de l’aspect technique, il est nécessaire de savoir cadrer, d’utiliser la lumière naturelle, de maitriser ses réglages et de choisir un objectif adéquat (si compatible avec votre appareil). On ne cessera de le répéter mais l’essentiel est de développer sa créativité et sa vision de la photographie. A titre d’exemple, des clichés captés avec un smartphone peuvent très bien être être supérieurs à ceux d’un boitier reflex mal employé.

 

Photographie réalisée avec un smartphone d’entrée de gamme à 150 €

 

On peut donc conclure qu’en combinant créativité et maitrise des paramétrages vous pourrez réussir à obtenir un effet « Waouh ! », en utilisant aussi bien un smartphone qu’un boitier hybride (ou relfex), deux fois plus onéreux. Améliorez votre connaissance de l’univers photographique en découvrant le travail d’artiste reconnu, visionnez des tutoriels sur les plateformes de vidéo en ligne et apprenez à maitriser les paramétrages de votre matériel pour devenir « LE » photographe que vous souhaitez !

Vous l’aurez compris, je me suis basé sur mon expérience personnelle pour rédiger cet article. Mais vous, quelles quelles sont les erreurs que vous avez faites en tant que photographe débutant ?

N’hésitez pas à partager votre expérience en laissant un commentaire juste en dessous !

 

Articles récents en relation avec les APN et hybrides :

Ugo

Auteur: Ugo

Partager cet article sur :

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Share This