Sélectionner une page

Test du drone DJI Mini 324 minutes de lecture

Test du drone DJI Mini 3<span class="wtr-time-wrap block after-title"><span class="wtr-time-number">24</span> minutes de lecture</span>

Le DJI Mini 3 a été annoncé le vendredi 7 décembre dernier par DJI.  La marque chinoise continue de décliner son emblématique petit drone qui n’a de « Mini » que son nom puisqu’il propose de très belles performances. Vous êtes perdu quant à cette annonce de DJI ? Pourquoi DJI sort un Mini 3 Pro avant un Mini 3 ? Où se place ce DJI Mini 3 dans la grande famille des drones compacts de DJI ? Autant de questions auxquelles nous répondons dans cet article. Étant résolument conçu pour les débutants, nous allons également via cet article, vous accompagner dans la prise en main de votre DJI Mini 3. Continuez votre lecture pour découvrir notre test du DJI Mini 3.

Quelles sont les promesses du DJI Mini 3 ?

Avant de passer au dur du sujet, je vous propose de vous résumer les grands points à retenir concernant ce drone. Je vous livre ainsi les caractéristiques techniques principales du DJI Mini 3 telles qu’elles sont mises en avant par DJI. Pour retrouver la totalité des spécifications techniques, je vous invite à lire notre comparatif complet du DJI Mini 3.

  • Prise de vue 4K HDR
  • Ultra-compact – sous la barre des 250 grammes
  • Fonctions intelligentes : Quickshots, panorama, mode Sphère etc.
  • Résistance aux vents de force 5
  • Modes portrait et paysage
  • Haute autonomie en vol : 38 minutes
  • Grande ouverture du capteur f/1.7

La comparaison obligatoire avec son grand frère le DJI Mini 3 Pro

Effectivement, il est compliqué de présenter le DJI Mini 3 sans le comparer au DJI Mini 3 Pro. Sorti plus tôt cette année 2022, le DJI Mini 3 Pro ressemble très fortement au DJI Mini 3. À moins que ça ne soit le contraire ? Les deux drones présentent des caractéristiques et capacités similaires même s’ils semblent destinés à des publics différents. En effet, le nouveau DJI Mini 3 conviendra aux grands débutants et aux utilisateurs occasionnels de drones lorsque le DJI Mini 3 Pro trouvera d’autant plus sa cible parmi les créateurs de contenu et vidéastes amateurs. Nous reviendrons sur ce point de comparaison tout au long de l’article.

Le physique du DJI Mini 3

Le DJI Mini 3 est ultra compact. Une fois les bras repliés, il tient dans votre main et n’est pas plus haut qu’une canette de soda. Lorsqu’il est en ordre de vol (bras et hélices dépliés), il est légèrement plus petit qu’une feuille de papier au format A4. Le châssis central conçu en plastique gris contient toute l’électronique du drone en interne. Ensuite, 4 bras distribuent les moteurs et les hélices. Les hélices sont d’ailleurs vissées aux moteurs. La batterie s’insère à l’arrière du drone sous le port de connexion USB Type-C qui sert au transfert des données et à l’éventuelle recharge ainsi que le port pour y insérer un support de stockage (type microSD).

Sous le drone deux capteurs permettent au drone de maintenir son altitude. Enfin la caméra montée sur une nacelle trois axes préside sur le devant du châssis. Elle dispose d’une belle amplitude mécanique lui permettant de filmer vers le haut, vers le bas mais également en mode portrait/mode vertical. Nous y reviendrons plus loin.

Ce qui saisit la première fois que vous prenez un drone Mini entre les mains c’est sa légèreté. Sur la balance et équipé de sa batterie, le DJI Mini 3 pèse très exactement 246 grammes. Et vous ne le savez peut-être pas mais le poids d’un drone est capital pour plusieurs raisons :

  • plus il est léger, plus il est facile à emporter
  • plus il est léger, moins la législation drone est contraignante à son sujet

Car oui, la pratique du drone est réglementée et on ne peut pas faire ce que l’on veut. Dans le cas du DJI Mini 3, vous êtes assez tranquille, je vous propose de découvrir tout ce qu’il y a à savoir sur la législation drone européenne avec le DJI Mini 3 dans le paragraphe suivant.

Un point sur la législation drone

Il y a deux points à retenir côté législation : les règles d’usage et la législation drone européenne. On vous simplifie et détaille tout cela ci-dessous :

Les règles d’usage d’un drone de loisir

Ce sont des règles assez communes qui relèvent plus du bon sens qu’autre chose. Je vous invite à jeter un œil aux 10 règles d’usage des drones de loisir.

La catégorisation du DJI Mini 3 au regard de la loi drone européenne

Étant donné les spécifications et le poids du DJI Mini 3, il se place dans la catégorie Ouverte et sous-catégorie A1. Pour tout connaître sur la législation drone, je vous invite à suivre le lien précédent. Ce qui signifie que pour être à 100% en règle, vous devez vous inscrire sur la plateforme AlphaTango pour obtenir votre numéro d’exploitant d’UAS et apposer physiquement ce numéro sur le drone. Nous avions rédigé un tuto complet pour s’enregistrer sur AlphaTango qui s’applique également au DJI Mini 3. Enfin respectez simplement ces 3 règles : 

  • le survol de personnes est possible sauf pour les regroupements,
  • vous pouvez voler jusqu’à 120 mètres de haut,
  • vous devez avoir lu le manuel d’utilisation du drone.

Enfin, je ne peux que vous recommander de suivre la petite formation en ligne AlphaTango qui vous permet de vous former à la pratique d’un drone. Elle n’est pas obligatoire mais recommandée.

DJI Mini 3 en vol

Unboxing du DJI Mini 3

Nous avons pu recevoir le DJI Mini 3 quelques semaines avant son annonce. Nous avions à notre disposition un DJI Mini 3 Fly More Combo avec sa radiocommande DJI RC-N1. En effet, plusieurs versions du DJI Mini 3 existent : un pack simple et un pack Fly More Combo – ayant chacun leur déclinaison selon la radiocommande souhaitée : DJI RC-N1 ou DJI RC. Concrètement, la radiocommande DJI RC dispose d’un bel écran qui fait office de tablette et qui vous permet de vous passer de votre smartphone. Nous avons d’ailleurs déjà testé cette radiocommande DJI RC ici sur le blog cette année.

Je vous propose de découvrir le contenu des différents packs et leurs prix :

Pack simple DJI Mini 3DJI Mini 3 Fly More Combo
Différents packsPack classique
DJI Mini 3
Fly More Combo
DJI Mini 3
Prixavec DJI RC-N1 : 579€
avec DJI RC : 749€
avec DJI RC-N1 : 768€
avec DJI RC : 938€
Drone DJI Mini 3
RadiocommandeDJI RC avec écran
ou DJI RC-N1
DJI RC avec écran
ou DJI RC-N1
Batterie(s)x1x3
Paires d’hélicesx1x3
Câbles de connexion
(USB Type-C, Lightning et microUSB)
Protection de nacelle
Câble de charge USB Type-A vers USB Type-C
Câble de connexion USB Type-C vers USB Type-C
Tournevis
Vis pour hélicesx6x18
Chargeur triple
Sac bandoulière

Faut-il choisir la version avec DJI RC à écran ou la radio DJI RC-N1 ?

Comme je l’expliquais précédemment, le DJI Mini 3 peut être piloté par deux radiocommandes différentes. Vous aurez le choix entre l’emblématique DJI RC-N1 présente depuis de nombreuses années pour les drones de DJI ou bien la DJI RC, la radiocommande avec un écran tactile. Opter pour la DJI RC, c’est choisir la tranquillité d’esprit car elle offre une grande autonomie (4 heures) et vous permet de vous passer totalement de votre smartphone lorsque vous utilisez le drone. Son grand écran tactile de 5,5 pouces est lumineux et agréable à utiliser. L’application DJI Fly -qui permet de piloter le DJI Mini 3- y est déjà installée.

La DJI RC-N1 quant à elle reprend toutes les fonctions et boutons de la DJI RC mais nécessite absolument l’utilisation de votre smartphone – vous risquez ainsi de vous retrouvez à court de batterie assez vite car l’application DJI Fly peut être énergivore pour les smartphones. À vous de voir si l’écart de prix entre les différentes versions se justifie pour vous.

Préparer son drone DJI Mini 3 à son premier vol

Si vous pilotez un drone pour la première fois, je vous invite à suivre les étapes suivantes qui vous aideront à appréhender le premier vol avec votre DJI Mini 3.

  1. Rechargez le drone et sa/ses batterie/s. Pour cela il suffit de connecter le drone en USB via le câble fourni ou de placer les batteries dans le chargeur contenu dans le Fly More Kit. Mettre une batterie en recharge permettra de l’activer. Car si vous essayez d’allumer le drone sans avoir chargé/activé la batterie, il est possible que le drone ne se mette pas sous tension.
  2. Retirez la protection de nacelle et dépliez les hélices,
  3. Allumez la radiocommande puis le drone en effectuant un appui court et un appui long sur leurs boutons d’alimentation. 
  4. Procédez à l’activation du drone via DJI Fly. En lançant l’application, un message vous demandera de faire l’activation du drone. Cette étape permet de débuter la garantie légale de deux ans du produit et de lier le numéro de série du drone à votre compte DJI.
  5. Une fois que vous avez accès au retour vidéo du drone, vérifiez que le drone se trouve en Mode 2 (le mode de pilotage le plus simple quand on débute). Vous pouvez ensuite sélectionner les paramètres photo/vidéo pour choisir votre résolution, qualité d’image, ISO etc.
  6. Allez dehors et profitez des fonctionnalités du DJI Mini 3 en décollant et en appréciant les sensations de pilotage !
Pilotage du DJI Mini 3

Notre test en vol du DJI Mini 3

Piloter le DJI Mini 3 : les sensations

J’ai trouvé que le DJI Mini 3 était très agréable à piloter. Il est très réactif et précis – à l’image de l’expérience utilisateur que l’on peut retrouver avec les autres drones de la gamme. Je pilote des drones DJI depuis près de 7 ans, que cela soit dans les gammes pour débutants, haut de gamme ou professionnelles, et je dois dire que l’expérience est impeccable aussi pour ce DJI Mini 3. On pourrait penser qu’un drone entrée de gamme comme ce DJI Mini 3 ferait l’impasse sur beaucoup d’aspects au détriment du prix (notamment sur le choix des composants). Or ce n’est pas le cas, le drone reste silencieux, résiste au vent, ne surchauffe pas et réalise des images très qualitatives. Je n’ai pas été très impressionnée car je sais que DJI soigne absolument tous ses modèles et que l’expérience client doit être parfaite, c’est dans leur image de marque et le DJI Mini 3 ne déroge pas à la règle.

Cependant, il me paraissait important de le mettre au défi sur différents aspects sur lesquels je reviens tout au long de ce test du DJI Mini 3 :

  • Qualité des images produites,
  • Modes intelligents,
  • Système de transmission et retour vidéo,
  • Durée de vol dans la réalité des choses.

Dernière précision avant de vous restituer mes impressions sur le DJI Mini 3. Nous avons effectué différentes sessions de vol du DJI Mini 3, toutes effectuées durant la vague de froid subies en Normandie ce début décembre 2022. Les vidéos capturées pour ce test (que vous verrez plus bas) ont été faites dans des conditions un peu extrêmes : température négative (environ -5°C), vent en plaine assez fort, ciel très lumineux mais gris, typique d’un temps d’hiver.

La caméra du DJI Mini 3 et ses capacités

Un petit capteur performant

Le DJI Mini 3 est équipé d’un capteur 1/1,3 pouce de 12 mégapixels. Ce capteur est intégré à la caméra du drone qui permet de réaliser des images aux formats portrait et paysage, elle est montée sur une nacelle mécanique sur 3 axes. L’union de ces deux éléments du drone permet de restituer des images extrêmement stables. Le capteur du DJI Mini 3 est associé à un processeur (dont on ne connaît pas les spécificités techniques) qui lui permet de réaliser des images en 4K, 2,7K et FullHD et ce, jusqu’à 60 images par seconde. Attention, pour la 4K vous serez limité à 30 images par seconde. Un mode HDR est également intégré permettant d’avoir plus de nuances dans les couleur et ainsi des images plus définies et fidèles à ce que l’œil humain perçoit. Ce mode HDR est disponible sur les fréquences d’images jusqu’à 30 images par secondes.

La caméra offre un champ de vision (ou FOV) de 82,1°, ce qui lui permet de restituer des paysages larges avec facilité ou de saisir une action dans son ensemble. Côté photographies, il est possible d’en réaliser de très belles en taille 4000 x 3000 pixels et d’en récupérer des images RAW (au format DNG plus exactement). 

DJI a intégré les QuickShots qui sont des modes vidéos semi automatiques qui vous permettent de réaliser 5 types de prises de vue : dronie, spirale, fusée, cercle et boomerang. Nous reviendrons plus loin sur ces modes qui nous paraissent être parfaits pour débuter avec un drone. Côté photo,

ce sont des modes plutôt classiques mais efficaces que l’on retrouve sur ce DJI Mini 3 : prise unique, photo à intervalle, bracketing (AEB), différents modes de Panorama et le fameux mode HDR.

Concrètement, quelles sont les capacités photo et vidéo du DJI Mini 3 ?

Focus sur caméra du DJI Mini 3

Le DJI Mini 3 et la vidéo

Je vous propose de regarder cette courte vidéo qui vous montre quelques rushs pris avec le DJI Mini 3. Vous pourrez observer la qualité du mode 4K HDR et voir quelques exemples de QuickShots.

 

Le DJI Mini 3 se défend très bien en vidéo. Honnêtement, je ne saurais voir la différence entre un rushs 4K issu du Mini 3 et un autre issu du Mini 3 Pro. Certes nous sommes limités au 4K 30p mais est-ce vraiment un problème ? La dynamique de couleurs est assez bien restituée – même s’il est compliqué dans des conditions hivernales de ramener de belles images. On peut observer un petit peu de bruit numérique sur le ciel blanc/gris. Il semblerait aussi que le capteur ait du mal à distinguer les détails lorsqu’on filme en plongée sur les cultures enneigées. Cependant, l’effet est quasiment invisible devant un arbre et ses branchages. C’est un très bon point, puisque le DJI Mini 3 restitue assez fidèlement la réalité en images. L’ouverture maximale de f/1.7 de la caméra et le double ISO natif permettent d’accentuer cette qualité d’image assez exceptionnelle pour un drone de ce standing. DJI précise également que les pixels mesurent 2,4 μm chacun.

Il y a tout de même un petit bémol, c’est de n’avoir au final que très peu de choix dans les fréquences d’images. Pour rappel, on peut totaliser 60 images par seconde uniquement en FullHD (1080p) et en 2,7K, la 4K doit se « contenter » de 30p. Il aurait été sympa d’avoir un peu plus de framerates pour le FullHD et le 2,7K par exemple (pourquoi pas jusqu’à 120p en FullHD). Cela supprime définitivement la possibilité de faire du slowmotion avec ce drone – dommage.

Un bon point également lui est donné pour la faculté de la nacelle à pivoter vers le haut et vers le bas (-90 et +60°) permettant de réaliser des prises de vue en plongée et en contre-plongée.

Les modes intelligents en vidéo

Ils sont au final assez peu nombreux… Nous avons accès aux sempiternels QuickShots, qui sont, comme je l’expliquais plus haut, des modes semi automatiques qui permettent de créer du contenu rapidement. Mode historique mais très efficace donc on apprécie que DJI les ait intégrés sur ce DJI Mini 3. Vous en verrez trois exemples dans la vidéo de test ci-dessus. 

Le fonctionnement des QuickShots est ultra simple : choisissez simplement le type de QuickShots que vous souhaitez réaliser parmi les 5 types :

  • Dronie : c’est un selfie avec un drone – le Mini 3 centre l’attention sur la personne ou l’objet de votre choix puis recule doucement vers l’arrière en prenant un tout petit peu de hauteur tout en filmant.
  • Cercle : le nom de ce mode est équivoque – le DJI Mini 3 va effectuer un cercle autour de son sujet mettant en valeur et en mouvement l’environnement qui l’entoure.
  • Fusée : simulez le décollage d’une fusée à l’aide du drone – le DJI Mini 3 prend doucement de l’altitude tout en orientant la caméra vers le bas pour vous garder dans le cadre.
  • Spirale : le mode spirale est similaire au mode cercle – le DJI Mini 3 circule autour d’un sujet aussi mais recule et prend un petit peu d’altitude en même temps, l’effet est vraiment très sympa sur de petits sujets dans un paysage vaste.
  • Boomerang : mon effet préféré – le drone évolue de façon elliptique autour d’un sujet s’en éloignant doucement et en se rapprochant de lui à la fin de la prise de vue.
QuickShots dans DJI Fly - Mini 3

Le DJI Mini 3 gère la prise de vue, les déplacements et le retour à son point de départ de façon autonome. Cela vous laisse le loisir de regarder la caméra et de faire ce qu’il vous plaît pendant ce temps là. Avant de lancer un QuickShot, vous pouvez paramétrer la hauteur de la prise de vue ainsi que sa direction.

Pour ce qui est des modes de prises de vue intelligents … c’est tout ce que le DJI Mini 3 propose. Pas de MasterShots, pas de FocusTrack, pas d’Hyperlapse etc. L’absence de mode de suivi s’explique assez facilement par l’absence de capteurs d’évitement sur ce modèle – on y reviendra. Toutefois, on aurait aimé avoir un peu plus de choix, ne serait-ce que pour donner un peu d’inspirations aux pilotes qui débutent et qui ne connaissent pas tout à fait comment faire de belles images avec un drone.

Je précise que le mode HDR est appliqué directement à toute vidéo capturée en 4K, 2,7K et FullHD jusqu’à 30 images par seconde.

Le DJI Mini 3 et la photo

C’est l’une des bonnes surprises de ce test. Le DJI Mini 3 se débrouille très bien , largement aidé par son mode HDR qui délivre des images claires avec de belles nuances de couleurs. J’avoue être assez impressionnée car la définition du capteur n’est pas trop mal non plus. Les images sont bien détaillées, lumineuses et fines malgré le fait qu’elles aient été prises en mode Auto.

Je vous laisse jeter un œil aux images ci-dessous que vous pouvez télécharger au format .DNG pour les regarder sur votre écran. Nous avons dû les redimensionner et les compresser pour ne pas trop alourdir cette page.

Photographie prise avec le DJI Mini 3

En touchant l’icône caméra « PRO » au bas à droite du retour vidéo, vous accédez au paramétrage du même nom. À partir d’ici vous pouvez agir sur pas mal des paramètres de la caméra : 

  • ISO de 100 à 3200,
  • vitesse d’obturation entre 1/8000s et 2 secondes,
  • balance des blancs entre 2000 et 10000K,
  • format des images soit JPEG ou JPEG+RAW,
  • compensation d’exposition

Enfin pour terminer sur la partie image, la fonction zoom est un peu décevante. Il s’agit d’un zoom numérique soit un « simple » agrandissement. La perte de qualité est assez impressionnante, j’aurais tendance à vous recommander de rapprocher le drone du sujet si vous le pouvez plutôt que de zoomer. Ceci dit la fonction de zoom peut vous servir pour repérer à distance votre future prises de vue. Le zoom est de x2 en 4K, x3 en 2,7K et x4 en FullHD.

L’absence de capteurs d’évitement

Et c’est là où le bât blesse, le DJI Mini 3 ne dispose d’aucun capteur d’évitement. Ce qui nous paraît être un point manquant pour un drone d’entrée de gamme destiné aux débutants. Nous avons tous été débutant un jour dans le drone. Nous nous sommes tous fait des peurs bleus en inversant le stick des gaz et celui du déplacement latéral – et cela m’arrive encore #oups. 

Je comprends tout à fait le besoin de concevoir un drone très abordable pour qu’un plus grand nombre de personnes puissent découvrir la pratique du drone sans y laisser un rein gauche. Toutefois, cela me paraît être un organe de sécurité très important sur un drone. Je comprends que ce type de capteurs soit coûteux mais il aurait fallu installer au moins un capteur vers l’avant pour éviter tout crash. J’entends par là que le drone n’a pas besoin d’avoir une détection des obstacles à 360° mais que cela aurait été un minimum plus en phase avec la cible d’utilisateurs visée par ce drone : ceux qui n’ont jamais piloté un drone. Malheureusement, l’absence de ces capteurs ferme aussi l’accès à toutes les fonctionnalités de suivi qui sont très sympas pour créer du contenu dynamique.

J’imagine que les utilisateurs qui souhaitent un peu plus de sécurité opteront pour le DJI Mini 3 Pro, le grand frère de ce drone. Il faut bien un produit pour toutes les bourses, le DJI Mini 3 reste un excellent drone du point de vue de ses capacités vidéo et photo.

Visuel lifestyle du DJI Mini 3

Autres points positifs remarqués durant le test

Portée et stabilité du signal

Le drone DJI Mini 3 fonctionne avec O2, le système de transmission que l’on avait découvert sur le DJI Mini 2. Ce n’est pas le système de transmission le plus abouti et le plus récent mais il s’avère qu’il est rudement efficace sur le DJI Mini 3. Je n’ai pas réussi à mettre en défaut la distance de transmission durant le test – je suis bien entendu, restée dans les limites légales possibles. Je n’ai pas non plus rencontré de déconnexions ou perte du signal comme cela pouvait être le cas sur certains drones équipés de O2. Le retour vidéo sur DJI Fly se fait en qualité 720p 30p ce qui est suffisant pour piloter le drone à distance, attention toutefois aux petites branches qui peuvent ne pas être très visibles à l’écran.

Pas de surchauffe du drone

Certains utilisateurs du DJI Mini 3 Pro le déploraient : ce dernier chauffe et peut parfois se bloquer en attendant que le système se refroidisse. Ce n’est pas le cas sur le DJI Mini 3, aucun message d’erreur indiquant cela est apparu. Je l’ai même gardé allumé sur mon bureau pendant une bonne quinzaine de minutes – pour vérifier quelques éléments de menus pour ce test – mais le drone ne m’a signalé aucune surchauffe. Je pense que cela est dû au fait que son processeur est moins énergivore et le drone est bien ventilé. Les caches que l’on peut voir en surface permettent d’aérer tous les composants électroniques internes.

Pas de formation de buée sur la lentille de la caméra

L’absence de surchauffe du drone élimine aussi les chances que de la buée apparaisse sur la lentille de la caméra, comme peut le faire parfois son grand frère le DJI Mini 3 Pro. Et autant vous dire que les conditions climatiques étaient favorables (températures négatives) à la formation de buée mais le DJI Mini 3 ne l’a pas fait. Une bonne surprise pour ce drone dont on a cherché à optimiser le coût de production pour proposer un prix abordable !

Autres constats

Le DJI Mini 3 promet une autonomie de 38 minutes délivrée par sa batterie Li-ion de 2453mAh. Nous avons pu constater que l’autonomie du DJI Mini 3 n’est vraiment pas un problème. J’avais en ma possession la version Fly More Combo qui contient trois batteries et je n’ai pas eu à échanger la batterie pour filmer toutes les images de ce test et appréhender le pilotage du drone.

L’application DJI Fly, elle est la même quelque soit la version de radiocommande que vous avez, ndlr, est très intuitive et extrêmement fluide. Le retour vidéo occupe la plus large partie de l’écran, vous permettant de vous concentrer à 100% sur le pilotage et la prise de vue. Les menus sont clairs et complets. Pour paramétrez les options de la caméra du drone, il suffit de passer en mode PRO via la petite icône en bas à droite.

Ce qui fait aussi la force d’un drone comme le DJI Mini 3 c’est qu’il est pensé pour son temps, je pense notamment à la caméra qui pivote pour réaliser des images à la verticale. Nul doute que les utilisateurs du DJI Mini 3 sont friands du partage sur les réseaux sociaux. De nos jours, les stories Instagram sont bien plus suivies que les posts et les créateurs doivent suivre ce crédo. C’est sans parler sur les Shorts de Youtube ainsi que TikTok.


J’espère que ce test du DJI Mini 3 vous a aidé à mieux cerner le produit et vous a apporté les réponses aux questions que vous vous posiez à son sujet. N’hésitez pas à nous solliciter en commentaire si vous avez d’autres interrogations.

Le DJI Mini 3 est disponible sur notre site à partir de 579€. Il existe aussi une version plus économique à 489€ sans radiocommande, si vous avez déjà une DJI RC ou DJI RC-N1 à portée de main.

     

DJI Mini 3

à partir de 579€
8.2

Qualité photo/vidéo

7.5/10

Facilité d'utilisation

9.0/10

Fonctions intelligentes

7.0/10

Qualité du retour vidéo

7.5/10

Résistance au vent

9.0/10

Rapport qualité/prix

9.0/10

Les plus :

  • Très simple et agréable à piloter
  • Richesse des images grâce au HDR
  • QuickShots : rapides et facile lorsqu'on débute
  • Léger et compact
  • Mode de prise de vue vertical
  • Le meilleur rapport qualité/prix du marché

Les moins :

  • Pas de détection des obstacles et de suivi
  • Limitation des résolutions vidéo
  • Peu de modes intelligents

Inscrivez vous à notre newsletter

Email*
Recevoir les derniers articles du blog chaque mois *
Recevoir les newsletters studioSPORT (nouveautés, promos…) *

A propos de l'auteur

Mélodie

Passionnée de cinéma et de jeux vidéos à la base, j'ai découvert l'univers des drones et de la vidéo en arrivant chez studioSPORT. Désormais, chaque sortie produit me passionne et j'aime partager mes tests produit sur le blog.

Articles en rapport :

S’abonner
Notifier de
guest

2 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Commentaires intégrés
Voir tous les commentaires
SIVIER

Bonjour, j’hésite entre commander la version mini 2 ou la version mini 3. Etant débutant, pensez que vous prendre la version mini 3 va m’apporter une grande différence, où est-ce que le mini 2 (dont votre test en dit beaucoup de bien, d’où mon hésitation) suffit amplement, malgré sa date de sortie assez ancienne ?

2
0
N'hésitez pas à nous laisser un commentairex