Des drones DJI Phantom 4 aux services des pompiers du SDIS 76 ?

studioSPORT a présenté les capacités du Phantom 4 aux pompiers du SDIS 76

L’utilisation des drones dans le monde professionnel ne cesse de grandir et parfois cela a encore plus de sens lorsque ça touche nos services de sécurité. C’est pourquoi le SDIS 76 et studioSPORT sont rentrés en contact, afin de trouver une solution pour aider les pompiers qui pourraient avoir besoin d’utiliser un drone. En effet, dans de nombreuses missions l’utilisation d’un drone permettrait d’accélérer l’intervention mais aussi d’améliorer la prise de décision.

Quelles utilisations pour le SDIS 76 ?

Test des Phantom 4 devant les pompiers du SDIS 76

Le drone a l’avantage d’être rapide à déployer et très peu coûteux comparé à l’utilisation d’un hélicoptère. En effet, la recherche de personne dans une zone escarpée ou potentiellement dangereuse pour un pompier, peut être réalisée plus rapidement grâce à la mise en route rapide d’un drone. Par exemple, dans le cadre d’un incendie de bâtiment, le drone permet de faire rapidement le tour de celui-ci et ainsi d’analyser les potentielles victimes prises au piège.

Les drones permettent d’avoir un retour vidéo en live grâce aux caméras qui les équipent. C’est donc depuis le poste de contrôle que les pompiers peuvent interpréter les images et ainsi prendre des décisions. Mais ce n’est pas le seul avantage, car les drones peuvent aussi être équipés de caméras thermiques, infrarouges etc…

Afin de limiter l’utilisation d’un hélicoptère qui s’avère très coûteuse et à risque dans certaines situations, le drone pourrait tout à fait trouver sa place au sein des pompiers. Un pompier télépilote pourrait prendre le contrôle du drone, afin de rechercher une personne en difficulté. Par exemple, le SDIS 76 intervient sur de la recherche de victime sur l’ensemble des falaises bordant notre département. Le drone pourrait ainsi être une solution très simple pour ne pas mobiliser des moyens trop lourds avant d’être certain de la présence d’une victime. Dans d’autres situations, comme par exemple suite à l’effondrement d’un bâtiment, l’exploration peut être dangereuse pour un pompier, alors qu’un drone de petite taille pourrait tout à fait entrer sans engendrer un risque humain.

Pourquoi le choix d’un DJI Phantom 4 ?

Présentation des drones DJI Phantom 4 aux pompiers du SDIS76

Après avoir écouté les besoins du Capitaine CROS, adjoint au chef du service de la Doctrine opérationnelle et prospective, studioSPORT a décidé de présenter un DJI Phantom 4 équipé de deux radiocommandes d’Inspire 1. Mais pourquoi me direz-vous ? Et bien afin d’avoir un double retour vidéo, le premier permettant au pilote de garder le contrôle de son drone même hors vue, et de disposer d’un second point de vue directement depuis le poste de contrôle. Le second retour vidéo pourra être visible sur une tablette, branchée à la radiocommande ou sur un écran plus grand capable de recevoir le flux vidéo via le port miniHDMI de la radiocommande. Cela permettra de prendre des décisions rapides et de mieux appréhender la situation.

La compacité du drone étant un élément important pour les pompiers, le choix du Phantom 4 plutôt qu’un Inspire a séduit le SDIS 76. Lorsque nous avons présenté la valise d’origine du Phantom 4, les représentants du SDIS76 ont été surpris par sa petite taille.

D’autres solutions possibles ?

studioSPORT présente des drones aux pompiers du SDIS76

Bien évidemment, pour des besoins spécifiques comme les départs d’incendies, la recherche nocturne ou d’autres missions spécifiques, le Phantom 4 ne sera pas adapté. Mais studioSPORT est en mesure de fournir des drones équipés de caméras thermiques (le Phantom 4 peut en être équipé par nos services) capables de fournir des images infrarouges utiles pour la recherche de personne. Les utilisations peuvent être nombreuses notamment pour surveiller un feu de forêt et ainsi éviter la reprise de celui-ci.

La conception d’un modèle spécifique aux besoins des pompiers du SDIS 76 n’est pas écartée, cela viendra par la suite en fonction des premiers retours que nous aurons. La résistance au vent et à la pluie sont évidemment des points qu’il faudra améliorer et penser pour les interventions les plus périlleuses. Pour la détection de produits chimiques nous pourrons aussi imaginer un rover (véhicule terrestre motorisé) développé afin d’embarquer des capteurs de substances chimiques et de qualité de l’air. Tout cela avec un retour vidéo permettant de guider le rover depuis l’extérieur et ainsi préserver les ressources humaines.

Nous remercions le SDIS 76 pour l’accueil qu’ils nous ont réservé, et espérons qu’une longue collaboration commence à se dessiner.

Avatar

Auteur: Thomas

Partager cet article sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires intégrés
Voir tous les commentaires
0
N'hésitez pas à nous laisser un commentairex