Armada 2019 de Rouen – Retour sur l’événement avec Cinémaérien

Présentation de l’Armada

L’armada est un large rassemblement de voiliers à Rouen, en Seine Maritime (ville où se situe le siège de studioSPORT). Cet événement se déroule tous les 4 à 6 ans, sur les quais bordant la Seine, et sa dernière édition a pris place du 6 au 16 juin 2019.

Les navires remontent la Seine de son embouchure jusqu’au port de Rouen et sont ensuite exposés et visités par de nombreux visiteurs (plusieurs millions) pendant une dizaine de jours. Ils redescendent ensuite le fleuve pour regagner la mer dans un bouquet final nommé « La grande parade ».

L’Armada est un événement maritime mondial dont l’importance ne fait que croître d’édition en édition. Pour l’Armada 2019, un dispositif humain hors norme a été mis en place, pour assurer une organisation millimétrée et une sécurité maximale pour les visiteurs et les exposants.

Qui dit événement mondial, dit aussi médiatisation maximale. Nous nous intéresserons ainsi aux prises de vue réalisées pendant toute l’Armada 2019 par Cinémaérien, aussi bien au sol que dans les airs, à travers une interview de Jean-Paul Pyrée, fondateur de cette société d’audiovisuel.

Interview de Jean Paul Pyrée, fondateur de Cinémaérien

Bonjour Jean-Paul, peux-tu te présenter ainsi que Cinémaérien ?

Je travaille dans l’audiovisuel depuis une dizaine d’années et pilote de drone depuis 8 ans. Il y a 5 ans j’ai fondé Cinémaérien dont le but est de réaliser des plans aériens pour de grosses productions. Depuis je me suis un peu diversifié, et nous proposons aussi des plans au sol. Globalement nous nous adaptons toujours à la demande du client !

Tu tournes surtout en France ou aussi à l’étranger ?

J’ai beaucoup voyagé pour des tournages, et personnellement j’adore ça. J’ai pu aller au Canada ou en Grèce récemment, et je suis régulièrement en déplacement en France. Pour autant, j’ai de très fortes attaches régionales et je suis particulièrement heureux quand je peux tourner en Normandie ! Surtout pour un projet tel que l’Armada.

Pour quel donneur d’ordres travaillais-tu lors de l’Armada 2019 ?

Je travaillais directement pour l’association de l’Armada. J’avais pour mission de réaliser des plans aériens et au sol pour alimenter les différents médias pendant et après l’événement.

Quel matériel as-tu utilisé pour l’Armada 2019 ?

Côté drone, j’ai pris mon Inspire 2 homologué. Dessus j’ai pu mettre une Zenmuse X5S avec un objectif grand angle Laowa 7,5mm.
J’ai aussi utilisé une caméra Insta 360 OneX pour faire des plans un peu moins classiques. Sachant qu’avec une petite adaptation réalisée par studioSPORT j’ai pu la monter sur l’Inspire 2 et réaliser des plans aériens à 360°. C’était plus pour le fun, mais les images sont super cool !
Au sol, j’ai aussi utilisé cette caméra 360° ainsi qu’un Panasonic GH5 et un Ronin-S !
Et enfin, j’ai utilisé l’Osmo Pocket pour des plans avec un petit cablecam de chez WiralCam, et ça a super bien marché aussi !
A tout cela, j’avais évidemment un nombre assez important de batteries.Inspire 2 devant la statue de la liberté

Quelles contraintes et difficultés pour filmer lors de l’Armada ?

Du côté des contraintes :
L’Armada est un énorme événement et il y a une sécurisation assez impressionnante de l’événement.
En terme réglementaire, j’ai dû obtenir une autorisation spécifique pour pouvoir être un opérateur de drone apte à voler lors de l’Armada 2019. Cela a demandé un travail assez long de démarches administratives, mais ça valait le coup !
Chaque société a été auditée par la préfecture. Et seules 4 sociétés (dont Cinémaérien), pour 8 télépilotes en tout, ont été retenues pour l’événement. Chacune travaillant pour un client institutionnel.
En plus des télépilotes professionnels, les forces de l’ordre utilisaient aussi leurs drones lors de l’événement pour des missions de sécurité, et il a fallu un gros travail de coordination entre toutes les entités pour que personne ne se gène dans son métier.

Côté des difficultés :
L’Armada 2019 de Rouen a été pour moi une des missions les plus incroyables que j’ai pu faire en drone !
Après tout n’a pas été simple, c’est une véritable fourmilière sur place et nous ne devions surtout pas gêner le déroulement de l’événement.
Comme je le disais, la coordination entre les pilotes était super importante pour que chacun ait son créneau et que le temps de vol soit équitablement réparti. Une fois en vol, tu avais intérêt à connaitre à l’avance les plans que tu voulais tourner : pas de place à l’improvisation.
Côté pilotage, il y avait l’impératif de ne pas survoler les foules comme l’impose le scénario S3 de la DGAC. Seulement, avec tous les bateaux qui traversaient, descendaient ou remontaient la seine, il fallait avoir l’œil partout pour assurer la sécurité du vol.
A cela, les drones décollaient d’un bateau (dérogation préfectorale pour éviter un décollage des quais) qui n’était pas très grand, et ça a demandé une concentration de tous les instants pour les décollages et les atterrissages.
Sachant que les conditions météorologiques ont parfois été difficiles avec pas mal de pluie et de vent.

Peux-tu nous expliquer les plans que tu as réalisés ?

Tous les plans étaient préparés à l’avance. A chaque fois que je décollais en drone, je savais quoi filmer, pourquoi je le faisais et quelle était ma finalité. L’avantage c’est qu’il n’y a pas de perte de temps et ça permet d’avoir une efficacité maximale.
Pour les plans drones, j’ai misé sur un rendu très « cinéma » et j’ai profité du grand angle qu’offre le Laowa 7.5mm pour réaliser des plans un peu différents de ce qu’on voit souvent dans ce type de manifestions. Après dans la façon de réaliser le vol, je devais garder l’Inspire 2 à minima au dessus de la Seine ce qui n’offrait pas une grande liberté de manœuvre. Par contre j’ai pu voler de nuit et faire quelques passages sous les ponts qui rendent vraiment pas mal !
J’en ai aussi profité pour faire des plans avec la caméra Insta360 OneX montée sur l’Inspire 2 via une petite adaptation. Les plans sont très intéressants.

Quand j’étais hors de mes créneaux de vol, j’en profitais pour aller filmer au sol.
Ma grande fierté, c’est d’avoir pu poser un Cablecam dans les mâts de l’Hermione. Je voulais tenter des plans un peu différents de ce qu’on voit habituellement et franchement ça rend super bien. L’organisation de l’Armada a vraiment adoré. J’ai juste manqué un peu de temps pour mettre le WiralCam au dessus des quais. J’ai mis un Osmo Pocket dessus et je pouvais diriger la nacelle avec le module Wifi et mon smartphone.
Pour l’installation sur les mâts de l’Hermione, je dois avouer que ce sont les marins du navire qui l’ont installé, même si ça ne m’aurait pas déplu de les aider.
Inspire 2 prêt à décoller

Peux-tu nous dresser un bilan de cette édition ?

Très clairement je pense déjà à la prochaine (qui aura lieu dans les 4 à 6 prochaines années) *rire*.
Dans le détail, c’était vraiment une super expérience mais c’était aussi très fatiguant. 11 jours de tournage successifs, sans compter la préparation au préalable, et le dé-rushage et les montages après l’événement, autant dire que tu ne chômes pas ! L’Armada, c’est aussi énormément de monde, et tu dois faire attention à veiller à la sécurité de chacun.
C’est aussi pour moi des super souvenirs, un cadre incroyable, c’est vraiment le genre de missions que tu fais seulement deux ou trois fois dans une vie, et encore c’est quand tu as de la chance.
Ca a été pour moi super enrichissant, avec plein d’échanges entre télépilotes et avec les organes de sécurité présents sur l’Armada.
J’en ai aussi profité pour visiter des bateaux incroyables !

J’ai plein de nouvelles idées pour les plans de prochaine édition 😀

Plan de l’Hermione avec le WiralCam et l’Osmo Pocket

L’équipe studioSPORT tient particulièrement à remercier Jean-Paul Pyrée et Cinémaérien avec qui nous avons le plaisir de collaborer très régulièrement.
Nous vous invitons à jeter un coup d’œil à ce que propose Cinémaérien sur leurs comptes Instagram et Facebook.

Guillaume

Auteur: Guillaume

Partager cet article sur :

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Share This