Test du drone FX1 avec l’entreprise normande DEFISOL et la coopérative Cap Seine

Présentation du FX1, un drone dédié au Parrot Sequoia

Drone de cartographie studioSPORT FX1 avec Parrot Sequoia

Afin de répondre à une demande de plus en plus forte dans le domaine de la cartographie agricole, studioSPORT a pensé et assemblé son propre drone, le FX1. Pour réaliser un test dans des conditions réelles, studioSPORT est allé à la rencontre de Défisol qui est une société de service spécialisée dans l’agriculture de précision. Nous sommes donc allé sur les terrains de la coopérative Cap Seine afin de faire voler le FX1 au dessus de micro-parcelles dédiées aux expérimentations. Valentin nous a donc reçu et permis de réaliser un vol de test concret avec un traitement et une analyse des données par la suite. Nous avons réalisé une interview de Valentin, afin de bien comprendre les besoins et les attentes de l’entreprise Défisol lors de l’utilisation d’un drone de cartographie.

 

Test du studioSPORT FX1 avec Défisol

studioSPORT : Valentin, pouvez vous nous présenter votre entreprise et son activité ?

Valentin : Défisol a été créée en 2003 afin de réaliser de la recherche et développement à propos de l’agriculture de précision. Nous avons commencé par mesurer la faisabilité, l’intérêt économique et l’intérêt environnemental de l’agriculture de précision, sur 6 exploitations situées dans l’Eure. Depuis 2011, Défisol se développe afin de proposer des services de catrographie intra-parcellaire dans le but d’analyser la richesse et la profondeur de sol. Par la suite, nous nous sommes développés afin de réaliser de la cartographie de végétation. Cette solution permet donc aux agriculteurs de bien comprendre les enjeux de la gestion et de la modulation des entrants, afin d’optimiser les performances économiques et environnementales.

studioSPORT : Pourquoi utilisez-vous des drones et des ailes volantes ?

Valentin : L’utilisation d’engins volants est nécessaire afin d’apporter une expertise aérienne, pour réaliser une cartographie de la végétation. La principale différence entre l’utilisation d’une aile volante et d’un drone est l’altitude à laquelle ils vont être utilisés. En effet, une aile volante effectuera des analyses aux alentours de 120m d’altitude alors qu’un drone multirotor pourra s’approcher à 30m d’altitude. Vous aurez donc une précision de la mesure plus ou moins importante en fonction de vos besoins. Pour simplifier, une aile volante permet d’analyser à l’échelle d’une parcelle pour analyser le développement intra-parcellaire d’une végétation, alors que les multirotors seront dédiés à l’analyse de la végétation à l’échelle de l’expérimentation agronomique.

studioSPORT : Sur un drone, quelles sont les caractéristiques importantes dans le cadre de votre utilisation ?

Valentin : L’aspect le plus important sur un drone est bien évidemment le capteur qu’il embarque. Il en existe plusieurs, qui utilisent différentes longueurs d’ondes en fonction des besoins sur une culture donnée. Pour nos analyses, nous utilisons deux capteurs qui sont le RedEdge de MicaSense et le Sequoia de chez Parrot. Ensuite, nous recherchons un drone avec une grande autonomie permettant de réaliser des analyses les plus longues possibles. Pour disposer de clichés les plus nets et précis possibles, nous recherchons un drone stable et sans secousse, car il sera utilisé pour des petites surfaces qui demandent une précision accrue.

studioSPORT : Que pensez-vous du drone FX1 et du capteur Parrot Sequoia ?

Test du drone FX1 avec son capteur multispectral Parrot Sequoia

Valentin : A première vue le drone FX1 répond à nos attentes, son autonomie annoncée de 30 minutes est certainement son point fort. Nous espérons qu’il pourra être équipé de deux caméras FPV, frontale pour nous aider à piloter à distance, et dans l’axe du capteur pour vérifier notre alignement par rapport à la parcelle. Une radiocommande avec un écran est donc impérative ainsi qu’un retour de la télémétrie afin de correspondre parfaitement à nos attentes. Pour le Parrot Sequoia, les tests sont concluant, la longueur d’onde n’est pas la même que sur le MicaSense mais le Sequoia propose des résultats plus que convenables.

studioSPORT : Quels sont les professionnels qui pourront utiliser ces solutions ?

Valentin : En tant que bureau d’études nous mettons à disposition des drones à différentes structures, notamment des coopératives, des centres technique ou des organisations de conseils.

studioSPORT : Merci Valentin de nous avoir permis de tester le FX1 dans des conditions réelles, et de nous donner vos premières impressions. L’analyse des données de cartographie pour l’agriculture de précision n’étant pas notre domaine d’activité, nous sommes satisfaits d’avoir eu un retour d’un professionnel du secteur. Nous continuerons donc à améliorer nos drones et espérons continuer à collaborer avec Défisol.

Valentin : Merci à vous d’être à l’écoute de nos besoins, nous espérons que le FX1 pourra répondre le plus rapidement possible à nos attentes.

Résultats de l'analyse de la végétation avec le FX1 et son capteur Parrot Sequoia

Résultats obtenus avec le FX1 et son capteur Parrot Sequoia

Avatar

Auteur: Thomas

Partager cet article sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires intégrés
Voir tous les commentaires
0
N'hésitez pas à nous laisser un commentairex