Test Yuneec Mantis Q, pourquoi sommes-nous déçus ?

Yuneec Mantis Q vol mode sport

 

Le Yuneec Mantis Q est un drone compact et pliable présenté par Yuneec tout début Août. Son design rappelle un peu celui des DJI Mavic Pro et Mavic Air. Il possède d’ailleurs une fois replié des dimensions très similaires à celles du Mavic Air.

Après une première revue du design, nous avons voulu voir ce que le Mantis Q avait dans le ventre ! Nous allumons le drone et suivons toutes les étapes (tout est très bien expliqué, nous ne rencontrons aucune difficulté) nécessaires avant d’effectuer notre premier vol. Bind de l’application Yuneec Pilot avec la radio et le drone : OK, mise à jour : OK. Direction notre zone de vol intérieur pour commencer notre test !

Vol en intérieur et fonction IPS

La météo normande étant exceptionnellement humide, on commence notre test par un vol en intérieur dans notre zone de vol habituelle. Au décollage, les premières impressions sont plutôt bonnes, les commandes du drone sont douces et rassurantes. Mais au bout de quelques secondes, ces mêmes commandes deviennent plus brusques sans aucune action de notre part sur la radiocommande ou l’application… Bizarre ! Pourtant habitués à tester ce genre d’appareils, nous nous faisons surprendre par les réactions du Mantis Q conduisant à une touchette avec le mur de notre zone de vol avant de finir sa course dans le filet de protection ! Grâce à son poids de moins de 500 grammes (480 grammes pour être précis), le Yuneec Mantis Q n’a rien hormis quelques traces sur les extrémités de deux hélices.

Peu rassurés, nous reprenons le test tour à tour. Nous sommes 3 personnes à l ‘essayer et constatons la même chose : le Mantis Q dérive beaucoup ! Il est pourtant muni de capteurs IPS et ultrasons censés le stabiliser et maintenir sa hauteur en intérieur. Le sol étant homogène (moquette verte), on essaie de placer quelques repères au sol avec ce qu’on a à disposition pour voir si cela améliore l’expérience de vol en intérieur, en vain.

Nous avons testé de nombreux drones munis d’un système de stabilisation en intérieur sur cette zone de vol et le Yuneec Mantis Q est le premier à se montrer en grande difficulté. Yuneec proposera certainement des mises à jour régulières pour le Mantis Q, en espérant que le fonctionnement du système IPS soit optimisé.

Du mieux en extérieur pour le Yuneec Mantis Q ?

Après cette expérience peu concluante en vol intérieur, la météo nous permet enfin d’emmener le Mantis Q pour son premier vol extérieur.

Le Mantis Q se transporte facilement grâce à son design pliable offrant un faible encombrement. Sa mise en route se fait en quelques secondes, mais il faudra attendre près d’une minute pour voir apparaître le retour vidéo à l’écran… Nous avions déjà constaté ce même délai de connexion du retour vidéo sur les Typhoon H, H520 et H Plus.

Concernant le retour vidéo, la sortie du Mantis Q voit apparaître une nouvelle application Yuneec Pilot. Le design global de l’application est le même que celui de l’application présente dans la ST16S du Typhoon H Plus. Le design n’est pas sans rappeler celui de l’application DJI GO 4 mais l’ergonomie globale en fait une application très fonctionnelle.

 

Yuneec Mantis Q posé au sol

Plus stable ?

En vol, le Mantis Q se révèle relativement silencieux dès lors qu’on s’éloigne de quelques mètres. La stabilité du Yuneec Mantis Q est meilleure en extérieur à l’aide des GPS (comparé à notre expérience de vol en intérieur) mais loin d’être parfaite. Encore une fois, nous avons constaté que le Mantis Q dérivait de quelques dizaines de centimètres lors d’un vol stationnaire malgré un nombre important de GPS censés assurer une parfaite stabilisation. Mis à part ce souci de stabilité, le Mantis Q se comporte plutôt bien en vol, les commandes sont assez réactives. L’ergonomie de la radiocommande se révèle plus intéressante que celle du Parrot Anafi, mais nous notons tout de même qu’elle s’adaptera moins bien aux possesseurs de grandes mains.

Modes de vol intelligents

Le Yuneec Mantis Q dispose comme ses prédécesseurs de modes de vol intelligents tel que le Watch-me, Follow-me, Journey ou encore Point Of Interest (POI).

Classiques mais efficaces, les fonctions Watch-me et Follow-me sont toujours aussi précises sur les appareils Yuneec. Le mode Journey vous permettra quant à lui de réaliser un dronie parfaitement automatisé. Le mode Point Of Interest vous offrira la possibilité d’effectuer une rotation parfaite autour d’un lieu, d’un bâtiment ou tout autre objet. Attention, cette fonction nécessite de survoler au préalable le point d’intérêt pour le définir comme centre de rotation. Selon la loi en vigueur dans le pays où vous vous trouvez, cette fonction pourra être interdite d’utilisation à cause du survol de bâtiment et de personnes notamment.

Nouveautés sur le Mantis Q, deux modes photos nommés « Face detection » et « Gesture » font leur apparition. Le mode « Face detection » détectera comme son nom l’indique les visages présents dans son champ de vision avant de déclencher un compte à rebours de 3 secondes. Le mode « Gesture » identifiera quant à lui un geste (en l’occurrence, le bras plié à 90° et orienté vers le haut) pour déclencher le compte à rebours et prendre une photo.

Enfin, la commande vocale vous permettra de demander au Mantis Q d’effectuer des actions simples sans toucher à la radiocommande ni à l’application. Pour l’avoir testé, le fonctionnement se révèle plutôt simple et très efficace. Malheureusement, toutes les commandes vocales sont à prononcer en anglais… Sortez votre meilleur accent « British » !

 

Test du Yuneec Mantis Q par notre équipe

 

Le Mantis Q dispose également d’un mode Sport déjà introduit par Yuneec sur le Typhoon H Plus. Il suffit de basculer le bouton Sport vers la droite pour rendre le Mantis Q extrêmement fun. Petit gabarit oblige, le Mantis Q se montre bien plus réactif et vous procurera une bonne dose de plaisir.

Autonomie du Mantis Q

Grâce à sa batterie Lipo 3S 2800 mAh, le Yuneec Mantis Q est donné pour une autonomie de 33 minutes. Une belle autonomie pour un drone aussi compact qu’un Mavic Air qui n’est donné que pour 21 minutes de vol théorique. Comme à notre habitude, nous avons voulu vérifier cela par nous-même : on lance un chronomètre au décollage du Mantis Q et on attend la première alerte batterie… Elle survient lorsqu’on atteint 25% de batterie restante, un coup d’œil au chronomètre : 18 minutes et 30 secondes ! Mauvaise surprise, on est loin, très loin de l’autonomie annoncée alors que les conditions météo sont plutôt favorables.

On décide alors d’attendre la seconde alerte batterie qui surviendra dès lors que la batterie passe sous les 20% de capacité restante. Le Mantis Q déclenche alors un RTL (Return to Landing) car la batterie a atteint le seuil critique. On attend l’atterrissage du Mantis Q et nos yeux se tournent vers le chronomètre… il s’arrêtera sur 22 minutes et 40 secondes au moment où les hélices s’arrêtent de tourner. Soit plus de 10 minutes en dessous de l’autonomie annoncée !! Il faut tout de même noter que l’autonomie est meilleure qu’un DJI Mavic Air.

Tout le monde le sait, les autonomies annoncées par les marques de drones sont toujours un peu optimistes mais Yuneec semble avoir surévalué l’autonomie de son petit dernier drone.

Caméra 4K et stabilisation numérique

 

La particularité du Mantis Q réside dans sa caméra et sa stabilisation. Capable de filmer en 4K à 30 images par seconde, le Mantis Q ne possède pas de nacelle de stabilisation mécanique. La caméra montée sur système anti-vibration est alors stabilisée de manière numérique sur 3 axes. La stabilisation numérique est disponible uniquement sur les résolutions Full HD 1080P et 720P. La résolution 4K ne permet pas d’être stabilisée, cela s’explique notamment par le fonctionnement de la stabilisation numérique qui repose sur un « Crop » dans un fichier 4K (résolution maxi du Mantis Q) afin de sortir une image stable en 1080P ou 720P.

L’intérêt du mode 4K est donc discutable car sans stabilisation, difficile d’obtenir des images exploitables. En 1080P, la stabilisation est très (trop) légère pour obtenir des images agréables à regarder. Il arrive même que la caméra perde l’horizon lors d’une rotation. Voici une vidéo avec quelques rushs bruts issus du Yuneec Mantis Q filmés en Full HD 1080P 30 FPS :

 

Côté photo, les couleurs sont relativement fidèles. En mode automatique, les photos sont un peu sous-exposées et laissent apparaître du bruit (voir exemple ci-dessous).

Mais le plus gros problème en photo reste le cadre. Avec un poids de moins de 500 grammes, le Mantis Q est sensible au vent. Il tentera alors de contrer le vent grâce à sa stabilisation GPS en s’inclinant face au vent. Sans nacelle mécanique assurant la stabilisation, les photos se retrouvent alors de travers… Dommage ! A noter qu’il est possible d’orienter la caméra de haut en bas (axe Tilt) grâce au servomoteur présent sur le Mantis Q.

 

Photo prise par un Yuneec Mantis Q

 

Conclusion

Le Yuneec Mantis Q avait tout pour plaire, du moins sur le papier. Sa stabilisation en intérieur très aléatoire et imparfaite en extérieur ne nous a pas convaincu, surtout que jusqu’ici, Yuneec nous avait habitué à des machines stables et rassurantes. L’autonomie du Mantis Q est certainement le point le plus décevant de ce drone.

Cependant, ses modes de vol intelligents ainsi que les commandes vocales se révèlent efficaces et agréables à utiliser.

Côté photo et vidéo, l’absence de stabilisation mécanique rend les images difficilement exploitables même à titre loisir. La présence de la résolution 4K a peu d’intérêt étant donné qu’elle n’est pas stabilisée. Enfin, le petit capteur 1/3,06 pouces CMOS génère rapidement du bruit que ce soit sur les photos ou les vidéos.

Loin d’être mauvais, le Mantis Q se retrouve néanmoins loin derrière la concurrence DJI notamment, mais aussi loin des autres produits Yuneec (Yuneec Typhoon H ou encore Q500). Il conviendra très bien pour les novices en quête d’un premier drone avec son prix sous la barre des 500€ TTC mais décevra certainement les aficionados des drones Yuneec.

Le Yuneec Mantis Q est vendu au prix de 499€ TTC dans la version simple (en stock) et 599€ TTC dans la version X Pack comprenant deux batteries supplémentaires ainsi qu’un sac de transport.

Yuneec Mantis Q

à partir de 499€ TTC
7.2

Autonomie

6.5/10

Qualité vidéo de la caméra

5.5/10

Fonctionnalités automatiques

9.0/10

Capacités techniques

7.5/10

Finition

7.0/10

Accessoires compatibles

9.0/10

Retour vidéo

8.0/10

Rapport qualité/prix

5.0/10

Les plus :

  • Modes de vols intelligents efficaces
  • Prix sous la barre des 500€
  • Couleurs fidèles en photo/vidéo
  • Format compact replié semblable au Mavic Air
  • Application Yuneec Pilot ergonomique

Les moins :

  • Autonomie sur-évaluée par Yuneec
  • Stabilité en intérieur
  • Pas de stabilisation mécanique
  • Stabilisation numérique peu efficace
  • Résolution 4K non stabilisée
Amaury

Auteur: Amaury

Partager cet article sur :

6 commentaires

  1. Bonjour,

    Essai conforme à mon ressenti lors de la prise en main de cette machine, et après un long échange avec vous par téléphone vendredi dernier. Je l’ai restitué avec un peu de regret.

    Pas vraiment mauvais en tout, c’est la stabilisation numérique qui me gène le plus ou plutôt son absence!!!!! Elle n’existe que sur le ROLL et rien d’autre!!!! Si une mise à jour logiciel permet dans un futur proche de corriger ce défaut en ajoutant une stabilisation sur le PITCH, j’en recommande un chez vous direct.
    Même si l’autonomie est en dessous des valeurs annoncées, elle est malgré tout acceptable et peut-être évolutive dans le bon sens avec le rodage de la batterie.
    Le look est sympathique, la radio bien fonctionnelle, ainsi que le logiciel YUNNEC PILOT.
    La portée un peu surévaluée, mais il parait que l’on doit piloter à vue, LOL!!!!
    Vivement qu’il évolue, car son potentiel est certain en photographie, mais pas en vidéo à l’heure actuelle.
    Merci de faire un retour « fort » auprès de YUNNEC FRANCE pour faire avancer les correctifs, et me tenir au courant de l’évolution du produit, car je le regrette déjà un peu, malgré les multiples machines que j’ai la chance de piloter.

    Je reste disponible pour tout renseignement complémentaire.

    Cordialement.

    Répondre
    • Amaury

      Bonjour Franck,

      Merci pour votre commentaire. Nous espérons effectivement que Yuneec apportera par l’intermédiaire de mise à jour des correctifs aux différents problèmes rencontrés lors de nos tests respectifs.

      Bien cordialement,

      Répondre
  2. Je partage l’avis de Franck: DOMMAGE…………. Je suis très satisfait de mon Typhoon H et je pensais bien compléter ma gamme avec le Mantis Q, mais au vu de l’essai je vais changer mon fusil d’épaule. Merci à l’équipe de StudioSport pour cet essai complet.

    Répondre
  3. Bonjour et merci pour cet excellent test ! j étais assez septique quant au système de stabilisation numérique… J’envisageais l’achat de cette machine en complément de mon Q500. Je vais abandonner cette idée et me diriger vers un mavic air. Je ne suis pas convaincu qu’une mise à jour apportera les correctifs nécessaires pour éviter cette effet caméra pénible à l’usage. Bonne continuation à vous

    Répondre
  4. Dommage, comme toujours sur le site de Studiosport, le texte est entaché de vilaines fautes d’orthographe. Ca pique les yeux et ça nuit à la crédibilité globale de l’entreprise : si la vitrine web est négligée, que penser du reste…? Chers rédacteurs de Studiosport, un petit effort de correction des textes ne pourrait que vous rendre service.

    Bien cordialement

    Répondre
    • Amaury

      Bonjour Monsieur,

      Merci pour votre vigilance ! Nous rédigeons beaucoup d’articles et ils nous arrivent malheureusement de passer à côté de certaines fautes…
      C’est donc corrigé 😉
      Bonne journée !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This